Bernard Turle

UNE HEURE AVANT L’ATTENTAT,  ISBN 978-2-917352-09-0, 18€,  Collection Grands Solitaires.
 

Bloqué dans un appartement de Bombay pendant les trois jours du couvre-feu imposé à une partie de la ville lors des attentats des 26-29 novembre 2008, le narrateur est particulièrement affecté par la tuerie de la gare CST, dont il vient de photographier les voyageurs. Alors que les médias se concentrent sur les prises d’otages dans les cinq-étoiles, il pleure les gens simples qui ont péri à la gare – symboles de toute une catégorie d’Indiens victimes de la nouvelle Inde. Tandis que retentissent des explosions sporadiques non loin de sa confortable chambre d’ami, il a tout le loisir de se remémorer ses périples dans le sous-continent, effectués sur fond de mondialisation, favorable aux uns, subie par les autres. La nouvelle donne indienne nécessite un état des lieux, dont le bilan n’est pas sans rapport avec les événements dramatiques qui se déroulent à l’extérieur du huis clos dans lequel le narrateur se retrouve confronté à « son » Inde. Bernard Turle vit et travaille dans le Var. Il y écrit, traduit et dirige le WEM, festival socio-musical qu'il a créé en 1997.
Dans le cadre du WEM, il invite régulièrement des artistes indiens. Il séjourne souvent en Inde où il entretient des relations suivies avec des artistes et des O.N.G. Spécialiste de Bombay/Mumbai, il a dirigé Bombay Mix Mumbai Max, numéro hors-série du magazine Figures dans lequel il dressait un portrait de la mégapole en 2005. Il a traduit plusieurs romans dont l'action se passe à Bombay, comme La Fille qui marchait sur l'eau et Les Derniers flamants de Bombay, de Siddharth Dhanvant Shanghvi aux éditions des Deux Terres ou Serious Men, de Manu Joseph, chez Philippe Rey.