Livres
 
                                                                             

                                            Accueil        Livres        Auteurs         Les Solitaires         Manifestations          Contacts           Liens

 

                                 Pour commander un livre, envoyer un chèque (prix du livre + 3€ de frais de port) aux noms des Promeneurs Solitaires

                                                                                                     Acheter le livre sur Chapitre.com ? Cliquez ici.

Philip Ségura – Le Carnaval des Génies -

- 11 cm x 17 cm - sur papier Bouffant ivoiré (12€)

ISBN 978-2-917352-02-1 – 222 pages

 

Philip Ségura, né en 1965 à Toulon, est comédien, marionnettiste, docteur en philosophie.  

 

L'Organisation Mondiale des Démocraties propose à monsieur Gidaz, professeur de philosophie dans un lycée de Grandeville, de participer à une expédition au Gabon après une guerre ethnique. Un arbitre de boxe, un comédien, une guide, un représentant de France-Petroleum, et une femme richissime finançant l'expédition l'accompagnent. L'objectif est d'étudier les organisations politiques adaptées à l'Afrique noire. Monsieur Gidaz est employé pour réaliser un bilan de l'expédition qu'il pense vain.

Après avoir réalisé un voyage au Gabon, Philip Ségura tente dans ce roman, à partir d'événements n'ayant jamais existé, de proposer une critique de la position occidentale face aux problèmes de l'Afrique noire.

 

Extrait

 

Convaincre le politique avec la musique poétique, expliquer la couleur noire avec le langage de celui qui parle des esprits, prier pour les nègres massacrés avec l’absolution d’une hostie, s’envoyer des lettres perdues pour le silence. Ainsi il est assuré du résultat… comme tous les poètes. Et le de Brazza… qui vise le sommet… la ville. Si ce n’est pas une différence ? « Voix du tam-tam ! Tam-tam de Gambie et tamtam de la rive adverse.

Elle dit : Paix ! et proclame ton nom. » Senghor écrit l’oraison de la princesse morte, celle de la terre, celle de mes rêveries, pour les Ethiopiques. Au coeur de l’Afrique… les ancêtres dansent sur… sa poésie. Une juste récompense…

Un rapport étrange entre l’Origine, les premiers hommes, les sons-langage, la terre nourricière, permet de saisir les modes de subjectivité. J’ai l’impression forte qu’ils conçoivent la vie à partir de ces modes sans vouloir les modifier. Une grande différence avec les blancs. La question du non-progrès… la problématique d’un continent qui a connu l’origine de l’homme. Avec Ponge ? Merleau-Ponty ? Qui détiendrait la vérité de l’Afrique ?… phénoménologie de l’instantané.

Un quadrilatère magique : Merleau-Ponty pour les questions… Senghor pour la négritude… Ponge pour les ressentiments… et Césaire pour le rapprochement…